On parle beaucoup de « télé-travail », mais on ne sait pas forcément ce que cela signifie, moi la première…alors j’ai fait ma petite enquête auprès de C. membre de notre forum des femmes au foyer.

C., 35 ans, 2 enfants, pratique le "télé-travail".

Ah non… C. ne « pratique » pas le "télé-travail…mais exerce son métier en "mode télé-travail". Ce qui est effectivement différent et mérite quelques précisions…

« J'exerce mon métier en mode télétravail, ce n’est pas la même chose, car le télé-travail n'est pas un métier en soi, mais une façon différente d'exercer un métier. »

Et il y a plusieurs façons d'exercer son métier en mode télé-travail :

- En libérale, on est indépendante, on cherche ses clients et on vend ses prestations.
- Comme salariée, là on peut effectivement télé-travailler pour son employeur.

Qu'est-ce qui pousse quelqu'un à travailler en mode télé-travail ?

Cela se pratique plus souvent dans les grandes sociétés françaises. Et pour le cas qui nous intéresse, la première grossesse a été le déclencheur.

« Lorsqu'on m'a embauchée dans l'entreprise où je travaillais alors, j'ai passé 3 entretiens avec différentes personnes. Je venais de me marier, et tous les intervenants m'ont posé la question :
"Comptez-vous avoir des enfants" (il est interdit de poser ce genre de questions...je l'ai appris depuis), j'ai répondu que oui...mais on m'a tout de même embauchée...
Un an plus tard, je leur annonçais que j'attendais un bébé,
75904025 et là, j'ai vécu l'enfer :
On m'a ôté  mes dossiers pour les donner à d'autres personnes, on me cherchait des noises pour une virgule mal placée, on me faisait rester le soir tard, pour photocopier des dossiers énormes !
Si bien qu'au 4ème mois, tellement stressée et déprimée, j'ai failli perdre mon bébé !

J'étais assistante commerciale à l'export.

Bref, j'ai été bien évidemment arrêtée, et j'ai terminé mes 5 mois de grossesse couchée avec la peur de perdre mon bébé à tout moment
Pendant mon congé maternité, j'ai pris conscience que j'allais devoir laisser mon bébé à la crèche pour retourner travailler...et je n'étais pas du tout prête à y retourner ! J'ai donc cherché une solution pour continuer de travailler...tout en m'occupant de mon enfant.

Je n’ai pas eu le courage de les attaquer aux Prud’hommes, je n’avais aucun soutien autour de moi, tout le monde pensait que j’exagérais…même mon mari »

Travailler en mode télé-travail dans le cas présent permettait à C. d’éviter de retomber dans cet enfer. Elle se renseigne sur le net et tape sur un moteur de recherches « travailler à la maison »…qui la mène au site de l'ANDT, qui est l’Association Nationale pour le Développement du Télétravail.

Ensuite C. démissionne à l’issue de son congé maternité et se forme au télé-travail dans le but d’exercer tout ou partie de ce qu’elle sait faire, mais de chez elle. 200329711_001

Sa téléformation démarre. Quand elle commence ensuite à télé-travailler, c'est surtout pour proposer à ses clients des travaux de secrétariat et de traduction. Puis petit à petit, elle se forme à d'autres techniques et leurs propose la création de sites internet.

Depuis 3 ans, elle est spécialisée en infographie et son plus gros client est imprimeur spécialisé dans le faire-part. Elle réalise maintenant des maquettes sur ordinateur et son job n’a plus rien à voir avec ses prestations initiales. Ses clients, elle les cherche du côté des artisans, des PME…

"J'insiste sur un point important : on ne s'investit pas son propre patron du jour au lendemain. Il faut auparavant avoir mené une étude bien précise de ce que l’on souhaite faire. Il faut savoir chercher ses clients, faire une offre commerciale qui tienne la route et avoir de solides arguments pour faire accepter à son client ou à son patron qu’on peut travailler depuis chez soi aussi bien que dans le bureau d’une entreprise…"

Il est vrai qu’en France, le télétravail n'est pas encore entré dans les mœurs comme dans les pays scandinaves 200551098_001 où c’est très à la mode. Ici on a tendance à vous regarder bizarrement…

Concrètement la téléformation dure 6 mois et est payante. Elle n’est pas prise en charge car il s’agit d’un organisme privé qui délivre la certification. Elle est donc entièrement aux frais du futur télé-travailleur. Et cela décourage souvent pas mal de personnes. Oui, c’est un investissement personnel sur son avenir.

Il faut compter un minimum de 500 euros pour suivre cette formation.

On reçoit alors les cours par courriels, des livres aussi par la poste. On travaille dur et au bout d’un certain temps on passe des examens. Il y a 6 modules à passer ainsi qu'un gros gros travail final à fournir avec soutenance et certification finale.

La formation est indispensable car elle permet de poser son projet, de voir si son projet professionnel est viable ou non en mode télé-travail. Souvent le projet professionnel est flou, et permet d’aborder tous les aspects de ce mode de travail. On apprend à concrétiser son projet, à voir si on est capable de tenir des délais et de gérer certains impératifs. On aborde également l’aspect juridique. Cela donne de sérieuses armes pour se lancer.

Donc si vous avez envie de vous lancer dans l’aventure, quelques sites pour en savoir plus :

http://www.andt.org/

http://www.infoteletravail.com/

http://www.aftt.asso.fr/

http://www.linternaute.com/femmes/carriere/0702-travailler-chez-soi/index.shtml