Kalinka nous fait le résumé d'une conférence :

"Une salle presque vide, mais un conférencier hyper intéressant, qui est linguiste (Gilbert Dalgalian), trilingue de naissance (truc, arménien et français), qui parle et écrit 6 langues (allemand, anglais et bengali en plus des 3 précédentes).


En résumé, les études neurologiques ont montré que le purilinguisme précoce forme le cerveau différemment que le plurilinguisme tardif. Au niveau d'une zone du cerveau, celle qui gère la logique et la sémantique, il n'y a pas de différence quelles que soient le nombre de langues apprises précocement. Mais au niveau de celle qui gère la forme sonore des mots et les automatismes (comme le fait de ne pas avoir besoin de réfléchir à si la grammaire est correcte quand tu lis ma phrase et que du coup tu ne te concentres que sur le sens), il y a une différenciation par langue. C'est l'aire de Broca.

Dans le cas d'un plurilinguisme tardif, il y a un Broca par langue, qui sont côte à côté (vue en IRM), les langues additionnelles se plaçant en référence à la langue première.
Dans le cas d'un plurilinguisme précoce, il y a un Broca commun aux deux langues, donc une gestion commune des structures identiques, et des zones spécifiques par langue, mais qui sont plus réduites. Les deux langues sont considérées comme deux outils à égalité et utilisées suivant le contexte.
Le corollaire, c'est qu'un enfant plurilingue précoce a déjà les structures qui lui permettront d'apprendre plus aisément d'autres langues ensuite, parce qu'il possède déjà les automatismes lui permettant de transférer ses compétences d'une langue à une autre. Evidemment, il y a des différences individuelles, qui font qu'un plurilingue précoce peut avoir du mal à apprendre une autre langue ou qu'un plurilingue tardif aura des facilités à apprendre une autre langue.

Quand on parle d'apprentissage précoce, il s'agit en fait d'une période s'étendant en gros de la naissance à 7 ans, âge auquel l'enfant à intégré le langage, c'est à dire la capacité à manipuler des mots et des symboles et leur organisation comme vecteur de communication sociale. Ce codage et ce décodage est intériorisé pendant la petite enfance. Un enfant "sauvage" socialisé après cet âge critique (qui peut aller jusqu'à 10 ans, les chercheurs ne savent pas très bien) pourra apprendre des mots, une cinquantaine, mais ne pourra pas acquérir le langage. En fait, il ne fait pas mieux que les grands singes à qui on apprend des mots.

Je crois que j'ai retranscrits l'essentiel de son exposé.
Il nous a aussi fourni une bibliographie pour celles et ceux qui voudraient en savoir davantage :
- L'homme neuronal et L'homme de vérité de Jean Pierre CHANGEUX
- L'immersion, une révolution de Jean PETIT
- Enfances plurilingues et Reconstruire l'école ou le désir d'apprendrede Gilbert DALGALIAN"

Merci kalinka